NFT par-ci, NFT par-là… mais que sont-ils ?

04 février 2022 à 19h00 - 507 vues

Vous avez déjà dû voir passer le sigle « NFT », sur les réseaux sociaux ou sur Internet. En ce moment, on en entend pas mal parler chez les artistes : Ye, Amber Coffman, Booba… Mais de quoi
s’agit-il, et pourquoi s’intéresse-t-on autant à eux ?

Définir les NFT, c’est comme définir le vide. Les Non-Fungible Token sont de manière très concise une « monnaie » symbolisée par un jeton, comme l’Euro l’est par une pièce. Ces jetons concernent dans la plupart des cas un bien immatériel : une œuvre d’art numérique, une bande sonore… Le mieux pour comprendre est encore de regarder cette vidéo explicative.

En acheter, c’est devenir un propriétaire exclusif d’un bien ; si j’achète une musique en NFT, je serai le seul à en disposer. Et ça fait plutôt peur... Booba a par exemple vendu une de ses musiques de cette manière. Pour donner un ordre d’idée ; le jeton pour être détenteur de sa musique coûtait approximativement 20 euros. 20 euros pour pouvoir dire qu’une musique « vous appartient », c’est l’effet NFT.

En ce moment, le monde musical est bouleversé par l’arrivée de ces derniers. Pourquoi ? Car les NFT sont transformés en vinyles et CDs par exemple. Les fans font la collection de vidéos, de
portion de musique ou de visuels en fonction de la valeur voulue par les artistes, qui ont rapidement vu une mine d’or en ce procédé.

Le NFT, tout une image

Contrairement à ce que l’on croit, il ne sert pas qu’au cadre musical. Justin Bieber s’est acheté une œuvre NFT représentant un singe, pour 1 million d’euros, qu’il a affiché sur les réseaux sociaux.
Idem, Freeze Corleone, rappeur français s’est illustré avec l’achat d’un NFT. Ainsi, cette cryptomonnaie sert aussi d’image aux yeux du public et a son rôle à jouer avec les médias.

"Ma musique est faite pour la vraie vie. Arrêtez de me demander de faire des put**** d’NFT. Ye a un avis tranché sur la question. Ses abonnés lui demandent des sorties numériques. Mais pour certains artistes, le plus important est encore la musique, pas la manière dont on la consomme.

D’autres, comme The Weeknd n’ont pas hésité : ils ont vendu du contenu rare sur des plateformes NFT. Kings Of Leon, un groupe de rock, a même fait tout un album en NFT en 2021. Résultat ? 2 millions de dollars générés. Eminem, Bieber, Tory Lanez… Nombreux ont filé l’affaire. On risque encore de voir passer beaucoup de jetons en 2022.

La guerre NFT ?

Le problème dans tout ça, c’est que Spotify et autres compagnies n’existeront plus dans le futur. Imaginez qu’on vous propose d’un côté une expérience personnalisée à l’écoute d’un album, et d’un autre, une simple écoute sur un site lambda ; que choisiriez-vous ? Dans ce sens-là, la valeur du NFT prend tout son sens.

Une œuvre d’art reproductible à l’infini risque de perdre sa valeur. Le NFT, garantie lui une œuvre unique et exclusive, on peut donc imaginer que c’est le futur de l’industrie musicale. Du coté des artistes, un stream sur Spotify revient à 4 centimes, tandis qu’un NFT c’est un peu près 20 euros. Ce serait du gagnant/gagnant : pour des artistes avide d’argent, et des auditeurs avides de propriété…

Alors, musique numérique, physique, ou cryptomusique ce sera à vous de trancher.

Par : Ewan Pétris

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article