Doris "On retrouve tous les hommes de ma vie dans mon projet".


02 mai 2015 - 4242 vues

Soul Addict a eu le plaisir de partir à la rencontre de Doris. L'artiste féminine à l'œil de biche et au sourire mutin nous a concocté un EP original intitulé "Garçon"! Notre curiosité a immédiatement été réveillée. Son imagination a encore frappée! Voici donc l'occasion de discuter avec elle de son univers atypique qui mêle pop, soul, électro ou encore variété.  

Hanazade: Salut Doris, enchantée de te rencontrer pour une interview spéciale pour Soul Addict. Tu viens de sortir ton EP "Garçon", on adore c'est vraiment original et savoureux, expliques nous pourquoi ce titre?

Doris: Merci beaucoup ! J'ai choisi de l'appeler "Garçon" car les hommes se sont naturellement imposés comme fil conducteur de mon EP. Ils ont été ma source d'inspiration. On retrouve tous les "hommes de ma vie" dans ce projet. Ils y a ceux qui me font rire, ceux qui m'exaspèrent, ceux qui me font pleurer. Ceux avec lesquels je prie, ceux avec lesquels je blasphème. (sourire). J'ai écrit sur l'homme et ce qu'il m'évoque, en mêlant légèreté et profondeur.



H: Donc tu as écrit tous les titres?

D: Oui j'ai écrit chaque titre. J'adore écrire, depuis toute petite d'ailleurs. Pour l'anecdote, j'offrais des poèmes à mes maitresses d'école au lieu de rendre mes devoirs (rire). C'est vraiment quelque chose qui fait partie de moi. J'ai besoin d'écrire comme de respirer.

H: Sur facebook tu as dit que ta maman et certains proches pouvaient te proposer certains thèmes d'écriture, comme la paix.

D: Ça arrive oui. Mon inspiration nait de petits riens. Les paroles d'un proche, le regard d'un inconnu, une discussion volée au détour d'une rue. J'aime bien sortir, prendre l'air, et j'écoute tout ce que la vie me raconte.

H: Peut-on dire que tu es une chanteuse/conteuse?
 
D: Oui j'aime bien ce terme. Dans le conte on retrouve quelque chose d'enfantin, de malicieux. C'est important pour moi de cultiver cette magie. Je me suis vraiment amusée à écrire ces morceaux. J'essaie de préserver mon côté enfantin. Ca fait partie de mon univers. Si la musique me permet de ne jamais grandir j'ai tout gagné. (Sourire)

H: Parles nous de la 1ere chanson que tu as sorti "Clarence", c'est une musique très douce et mélancolique, comme une contine. D'habitude on peut démarrer avec des rythmes plus dynamiques, pourquoi ce choix?

D: Ca parle de mon neveu. J'allais devenir tata, j'étais très heureuse (sourire). Malheureusement, la grossesse de ma belle-sœur n'est pas arrivée à son terme. Pour la petite histoire, les premières échographies annonçaient une fille. Mon Ep était censé parler de la gente masculine mais je tenais absolument à faire un titre sur ce bout de chou. Pas évident de trouver une thématique cohérence du coup. Puis, nous avons découvert qu'il s'agissait au final d'un garçon. J'ai remercié les anges pour ce changement très arrangeant (rires).

Quand mon neveu s'est endormi pour toujours, je souhaitais vraiment faire une chanson pour lui. Je voulais conjurer le destin et lui donner naissance malgré tout. Le rendre vivant grâce à une chanson. J'aspirais à faire battre son cœur à travers tous les cœurs réceptifs à ce requiem. Ecrire sur mon neveu était une évidence. Ce bébé était l'un des hommes de ma vie. J'ai commencé avec ce titre de façon symbolique. J'ai dévoilé la chanson le jour où il devait naitre.



H: Ca a marché, on a ressenti beaucoup d'émotion en écoutant ce morceau. C'est magnifique. En règle générale ton EP est très cosmopolite, on trouve différent genre de musiques, pop, soul, funk ou variété. Peut-on parler de melting pot?

D: Oui, je ne veux pas m'enfermer dans un style de musique en particulier. J'écoute de tout. J'aime la musique et ce qu'elle peut faire ressentir que ce soit pop, soul, variété ou même électro. On peut parler de melting pot. J'aime mélanger les couleurs musicales. La playlist de mon ipod est vraiment hétéroclite. Je surfe de la soul, à la pop, en passant par le hip-hop ou l'électro (Yelle, Missy Elliott, Janet, Lianne la havas, Quadron, Sage...). J'accorde également une grand importance aux mots alors j'aime aussi la chanson française, de Brel à Julien Doré. Ca donne un vrai melting pot oui.

H: Tu as un univers très particulier du coup, on n'ose pas trop imaginer de featuring, avec qui aimerais-tu chanter?

D: Est-ce qu'on peut ressusciter les morts? (rire) J'aurais adoré chanter avec Gainsbourg. J'adore son insolence, son arrogance. Il chante, il écrit ce qu'il veut, peu importe si ça choque ou si c'est politiquement incorrect. Ca donne des morceaux authentiques et qui traversent les époques. J'aime aussi beaucoup les textes de Jacques Brel. Il donne des frissons lorsqu'il les interprète. Quand j'étais enfant, mon père chantait du Brel à ma mère.  Du coup, je pense que c'est Brel qui m'a fait palper la puissance des mots. Mon père se cachait derrière les couplets de Brel pour dire à ma mère ô combien il l'aimait...  

Et puis il y a l'incontournable Michael Jackson, c'était un incroyable performeur. Son personnage était unique, presque surréaliste. J'aime ces artistes, leur authenticité. Après j'écoute aussi des artistes contemporains. Lianne La Havas me touche à chacun de ses concerts. Elle n'est jamais dans la démonstration, on s'accroche à ses lèvres de la première à la dernière note. Elle fait voyager.

H: Ton univers à toi est très esthétique. Déjà j'adore ton style, ce que tu portes. Tu ne fais pas du tout garçon, même dans ton costume tu es très féminine. Et puis il y a des êtres bizarres, masqués autour de toi.

D: Oui, j'évolue avec deux créatures constamment masquées, elles représentent le prolongement de ma pensée. Elles sont des parties de moi. Elles s'apparentent à une sorte d'au-delà, une partie de mon âme. Elles racontent à leur manière ma musique, mes paroles. Elles m'accompagneront tout au long de ce projet. Elles apparaitront avec moi sur scène par exemple. Elles n'émettent aucun son mais leur seule présence suffit à donner plus de profondeur aux morceaux.

Je travaille avec la talentueuse Soraya Chouaieb qui gère tout l'aspect visuel/image et également Samtwo et Maz Lo deux chorégraphes de talent. Mes clips ont été filmés par Arsedi Vision.



H: Quels sont tes chansons préférés dans l'EP?

D: Mon titre préféré est « Cheveux ». Je me suis vraiment amusée en l'écrivant. J'ai trouvé plein de jeux de mots autour du cheveu pour dire à un homme qu'il me plaisait. C'était un exercice assez drôle. J'aime également "Clarence", car j'ai caché mon cœur et mes larmes derrière une mélodie.

H: Comme es-tu arrivée à travailler avec Nodey? Ca reste une surprise. En règle général il produit beaucoup de rappeurs comme Youssoupha. Il a une place importante dans le hip-hop. On n'aurait pas deviné cette collaboration.

D: Je pense que pour lui c'était un challenge. Il travaillait avec Sowlie, une chanteuse talentueuse qui m'a souvent accompagnée sur scène. Il a découvert mon premier EP par son biais. Il a trouvé mon univers amusant et peu commun. Du coup, il m'a contactée et invitée à poser sur un titre pour un de ses projets. Mais quand il a entendu le résultat de notre première collaboration il m'a dit "Il y a trop ta patte". Il ne pouvait pas l'inclure dans un projet à sonorités hip-hop. On s'est donc lancé dans l'aventure de l'Ep assez naturellement. Il voulait sortir de son univers et moi j'avais envie de créer de nouvelles chansons. Ça a été un échange vraiment enrichissant. Il me ressentait. Je donnais des directions vagues, envoyais des ébauches de textes, et il me produisait des morceaux en parfaite adéquation.  Il m'écoutait beaucoup, me guidait aussi.  Il a été très réceptif et réactif. Je garde d'excellents souvenirs de notre collaboration. Il y avait une ambiance bonne enfant en studio. On mangeait des pains au chocolat en enregistrant. Parfois, il dansait pendant que j'enregistrais et j'éclatais de rire au lieu de poser mes couplets (rire). C'était hyper chaleureux. On a gardé tous ces rires et on les a glissés dans l'Ep.

H: C'est un beau cadeau. On espère que vous allez recommencer prochainement!

D: Je me lance dans un nouvel EP, qui ne sera pas avec Nodey. J'ai besoin de me glisser sous d'autres mains pour découvrir d'autres facettes de moi (sourire). Après ça,  j'aspire à me lancer dans un album et je compte évidemment le solliciter! C'est certain.

H: Que peut-on te souhaiter pour l'année à venir? Qu'attends-tu de 2015 ?

D: J'aimerais que ma musique voyage énormément. Que dans toutes les voitures, on mette *garçon* à fond. Que les têtes bougent sur le rythme de mes morceaux et que les doigts claquent. J'aimerais faire de la scène, rencontrer et échanger avec ceux qui aiment ma musique. J'espère pouvoir écrire énormément, recevoir et offrir de belles émotions. 

Par : Hanazade

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article