Diden, un rap sans limite

28 mai 2015 à 12h16 - 4558 vues

Soul Addict a eu le plaisir de s'entretenir avec Diden juste avant la sortie de son premier album. Vous avez pu entendre de nombreux tubes comme le titre "Ma Jeunesse". Le morceau "You & Me" featuring Alonzo connait un franc succès. Il se démarque avec son énergie, sa bonne humeur et ses valeurs intergénérationnelles. Durant tout l'entretien il me vouvoiera, très respectueux et attentif. Il nous explique comment il voit sa carrière, sans limite et dans le partage constant. Voilà pourquoi son premier opus s'appellera "No limit".

Hanazade: Bonjour Diden, enchantée de te rencontrer. On a pu entendre pas mal de titre avant la sortie de ton album. Il y a de nombreuses collaborations, pourquoi avoir choisi de sortir "You & Me" avec Alonzo?

Diden: J'ai choisi ce morceau tout simplement parce que c'est un des morceaux qui me tient le plus à coeur. J'ai passé une semaine mémorable avec lui à Miami. J'ai eu le privilège de pouvoir faire ce clip là avec lui. On a passé de très bons moments. Kassim c'est une personne avec qui je m'entends très bien. Donc j'ai décidé d'envoyer ce single parce qu'il me rappelle d'excellents souvenirs.

H: Est-ce toi qui écrit tes textes?

D: Oui c'est moi qui écrit tous mes textes. J'ai fait un petit big up à IAM dans le deuxième couplet. C'est des artistes qui ont bercé ma jeunesse. Ils m'en ont mis plein les yeux. Grâce à eux j'avais des étoiles. Les artistes comme Akhenaton sont vraiment les tauliers, les précurseurs du rap en France. J'ai énormément de respect pour eux. Je les ai beaucoup écouté et ils m'ont beaucoup influencé. Donc c'est pour ça que je leur ai fait un petit clin d'oeil dans le deuxième couplet.



H: Dernièrement Akhenaton a essuyé des critiques après sa participation dans le spot de pub de Coca-cola. Qu'en penses-tu?

D: Déjà moi je trouve ça vraiment ridicule. Il ne faut pas oublier que IAM, NTM ont fait beaucoup pour le rap français. Ce sont des personnes respectables, elles ont poussés le rap vers l'avant. Et maintenant vous savez la mémoire des gens est limitée. On peut leur rendre 99 services, quand on ne peut pas rendre le dernier ils oublient les 99. C'est exactement ce qui se passe maintenant. Tout le bien qu'Akhenaton a fait a été balayé. Il ne faut pas oublié qu'il a aidé beaucoup d'associations comme l'Abbé Pierre, ou l'association de Pascal Olmeta. C'est loin d'être un capitaliste. Et comme il l'a dit dans cette campagne la totalité de son cachet va être reversé à ces associations là. Donc pour moi les personnes qui critiquent n'ont rien compris.

H: Oui, on voit que même si toi tu es issu de la nouvelle génération tu es très lucide.

D: Oui j'essaie. Après il y a des choses auxquels je n'ai pas accroché durant leur carrière mais voilà, il ne faut pas oublier. La mémoire, le respect, c'est très important pour moi.

H: Pourquoi avoir choisi le titre No Limit pour ton album? On a l'impression que tu peux tout te permettre.

D: Exactement. Artistiquement je me permets tout, même si je garde des valeurs. Je veux annoncer la couleur dès le début. Je suis une personne qui voit les choses en grand, qui fait les choses en grand. Je me donne les moyens, je fais beaucoup de sacrifices, je travaille beaucoup. Quand je dis "No Limit" c'est pour annoncer aux gens que je vais être "No Limit" dans tous les horizons dans lesquels je vais me jeter. L'album va être très coloré. Il y aura autant de morceaux mélancoliques que de morceaux qui bougent. Il y aura des chansons raï, des chansons plus pop, house. Il y a même des titres avec un fond de rock et des guitares. "No Limit" parce qu'on y retrouve de tout. Ce n'est pas un album juste basé sur de la trappe. Je reste très ouvert. Voilà pourquoi je l'ai appelé "No Limit".

H: Ok. Donc c'est assez eclectique. Mais tu n'as pas peur de désorienter ton public?

D: Vous savez moi je fais les choses naturellement. Je sais ce que les gens apprécient chez moi. Depuis que j'ai commencé le rap à aujourd'hui je n'ai jamais changé. J'ai toujours remercié les personnes qui m'ont soutenu, qui partagent ma musique. Je réponds à tout le monde et aujourd'hui je continue de répondre à tout le monde, sur Instagram, Twitter, Facebook, tous les réseaux sociaux. Je trouve toujours le temps parce que les personnes le trouvent pour moi. Commme vous avez dit tout à l'heure, c'est mon premier album. Donc en premier single c'était important d'envoyer "Ma jeunesse". Le fil conducteur c'est moi, mon histoire. C'est un morceau autobiographique, il fallait que les gens retrouvent ce que j'ai fait, d'où je viens. On peut avoir un aperçu de moi en tant qu'artiste. Les gens qui ne me connaissent pas peuvent aussi s'y retrouver. Ensuite j'ai envoyé "You & Me" parce que comme je l'ai expliqué ça me tenait à coeur, c'est festif plein de bons souvenirs.



H: Tu es un caméléon en fait? Tu n'as jamais les mêmes humeurs, tour à tour sérieux ou festif.

D: En fait j'écoute beaucoup de musique. Je ne m'enferme pas. Je trouve que parfois dans la musique il n'y a pas assez de recherche. Moi j'écoute de tout, j'achète les albums de tout le monde, je vais essayer de voir quelle direction il a pris, pourquoi il a choisi tel instrument, telle parole, tel thème. Et je trouve qu'aujourd'hui le plupart des artistes ne se prennent pas assez la tête.

H: Souvent aujourd'hui on oppose le rap du nord et celui du sud, qu'en penses-tu?

D: Quoi qu'il arrive on a chacun sa signature. Les gens du sud ont leur manière de vivre et les gens du nord ont la leur. Dans le sud on peut prendre plus le temps, faire les choses doucement mais sûrement. On avance tranquillement. A Paris les gens sont plus speeds, ils n'ont pas le même tempérament. Donc la signature elle y est quoi qu'il arrive. Moi vous savez je ne suis pas le genre de gars qui va faire des featurings qu'avec des gens du sud. Comme vous l'avez constaté dans mes featurings il y a LECK, c'est un artiste parisien. Je l'apprécie beaucoup et on a fait un très bon morceau. Le sud ou le nord moi ça ne me pose aucun problème, tant qu'il y a une entente, une alchimie.

H: Donc tu apprécies autant ton featuring avec Soprano que LECK?

D: Moi tous les morceaux sont mes préférés. Pour avoir la finalité de "No Limit" j'ai fait 28 titres, j'en ai sélectionné que 14, la moitié. Y a des morceaux que j'aurais aimé mettre mais pour moi ils n'avaient pas leur place. Donc mes préférés sont les 14 que j'ai sélectionné pour "No Limit".

H: Rassures nous les autres titres ne sont pas perdus?

D: Non, bien sur. Je pourrais les sortir dans une mixtape ou les donner en bonus aux gens qui me suivent. Voilà on en fera bon usage (sourire).

H: Tu as des chansons très dansantes, on a hâte de les entendre sur scène. Tu prévois une tournée?

D: Bien sur. Je suis déjà souvent showcase. J'ai des dates dans toute la France. Je fais beaucoup de scène. C'est ça qui me donne envie de rapper. Si je ne me trompe pas j'ai déjà dû faire 150 dates. J'ai fait énormément de première partie d'artistes connus, de showcase, de concert et de concours. Dès que j'ai commencé le rap je me suis mis en scène. Moi on me demande de venir je viens.

H: On te souhaite de faire des scènes immenses alors, comme le Dôme à Marseille (sourire).

D: Si ça arrive un jour c'est le bonheur, c'est tout ce que je me souhaite. Je vous inviterai (sourire). J'espère que le public sera vraiment réceptif à ce projet, à l'album. J'espère qu'on fera beaucoup de vente et qu'on pourra réaliser ce rêve. Je souhaite qu'on soit beaucoup diffusé. Je remercie tous les médias qui nous diffuse comme vous.

H: Merci à toi c'est super. Ce sera un plaisir de te voir.

Par : Hanazade

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article