Otis Stacks, leur premier EP "The Break Up"

26 février 2017 - 745 vues

Soul Addict a eu le plaisir d'être invité au Silencio, pour l'écoute privée du premier EP d'Otis Stacks "The Break Up". Otis Stacks est né de la collaboration du leader du groupe danois Dafuniks, "Just Mike", et de l'auteur, compositeur et chanteur californien Elias Wallace. Les deux compères ont réussi à s'unir pour créer une musique unique, entre les sons de synthés analogiques et les beats hip hop de leur enfance. Leur premier projet nous révèle un univers unique, épuré, soul, bercé par la chaleur et le groove de la voix d'Elias Wallace.

Découvrez vite l'échange avec notre journaliste, Hanazade.

Hanazade : J’ai entendu "The Break Up" et j’ai adoré. C’est un joli mix de musique soul, hip hop et électronique. Le titre "Fashion Drunk" est un beau succès, autant visuel que musical. Pourquoi avoir choisi ce titre comme premier single ?

Just Mike : Quand nous l’avons fait, en fait nous préférions tous les deux avoir « The Game » comme premier single. Mais j’ai pensé que celui là allait plus plaire aux français. On a écouté ce que nos voisins préférés et "Fashion Drunk" avait l’unanimité.

H : Vous écoutez la musique française ?

JM : On aime beaucoup la musique française. Ma famille a un pavillon en France, on passe notre temps à écouter la radio. Je le fais aussi à Copenhague, je mets des chaines de radios françaises. Elles sont plus éclectiques, on retrouve de la pop ou même de l’Indie.

H : Vous écoutez différentes musiques alors ?

EW : Oui. Ca va de la musique américaine country à Franck Ocean, Kaytranada. On aime différents sons et vibes. Je pense que la musique est une façon de changer d’humeur.

H : Vous avez enregistré votre album en France ?

JM : On n’a pas enregistré mais on a écrit. Le reste s’est fait en Allemagne, à Vegas ou même en Australie. Il y a eu le Costa Rica aussi. C’est un enregistrement international.

H : Comment vous vous êtes rencontrez ?

EW : On est comme des frères qui sont nés ensemble… (rire)

JM : Non, c’était un « date sur internet ». Je bossais sur un album aux Etats-Unis, et lui il posait sa voix. Quand je l’ai entendu j’ai cru entendre un chanteur noir, très soul, en fait non. On a commencé à travailler ensemble pour d’autres chansons. On a fait des featuring pour le groupe «Dafuniks « . Ensuite on est parti en tournée. Ca a duré trois ans.

H : J’ai entendu des chansons. J’ai adoreé « All I Want ».

JM : C’est la première chanson qu’on a fait ensemble. C’est la raison pour laquelle on est ami aujourd’hui. Lors de notre show à Copenhague on s’est mis à jouer ensemble. Les gens ont adoré et on nous a passé sur Radio Nova. On a eu une bonne connexion et on a été contacté par des labels.

H : Donc c’est la fin de Dafuniks et le début d’Otis stacks.

JM : Non ce ne sont pas les mêmes choses, elles ont chacunes des productions différentes et elles sont indépendantes.

H : Pourquoi avoir choisi le nom d’Otis stacks ?

EW : Otis Stacks a deux parties différentes. Otis est un hommage à Otis Reading, Sugar Otis. Ce sont des gars qui ont fait différents sons qui nous ont influencé. Stacks regroupent tous les autres sons. Et Just Mike est un gars qui a appris tous ces sons. On les a mis ensemble et on a créé ce projet. On voulait rendre hommage à ces artistes et créer quelques chose de nouveau et différent.

H : Vous écrivez toutes les chansons ensemble ?

EW : Oui, on écrit tout ensemble. On travaille séparément puis on s’assemble. Los Angeles est à onze heures de Copenhague, alors on a l’habitude d’avoir des temps de travail séparé puis groupé. Quand il sort du lit, je travaille.

H : J’adore la chanson « Night Street ». C’est sur ta vie avec ta femme.

EW : C’est la première fois que je la chantais hier soir.

H : Mais ma chanson préférée c’est « Crash and Burn ».

EW : Oui, nous aussi on aime beaucoup la faire. C’est notre chanson préférée à tous puisqu’on la chante avec le public. On l’a immédiatement senti en studio.

H : Quelle est la prochaine vidéo ?

EW : C’est une bonne question. Il y a "Vidéo Games" ou "Love Goes". Mais on va assurément faire "Sorry", c’est le prochain single. Mais on va faire d’autres vidéos.

H : Oui, on les adore avec les comics.  C’est votre idée?

EW : Oui j’ai écrit le scénario et Jean Pierre a créé les images.

JM : C’est magique puisqu’on n' avait pas l’argent pour tourner la vidéo, et il a tout recréé en animation. Quand on a vu la vidéo on a immédiatement été ok.  Il a tout compris et c’est très beau.

H : Je dois le dire, j’adore le style et les costumes d'Elias. Tu t’habilles tous les jours comme ça ? Même ta barbe est incroyable.

EW : Pour la musique. Et dans ma ville il y a un barbier super cool, on fait du kick boxing ensemble, alors j’en profite je vais à son salon. C’est l’une des personnes qui a construit mon style. Je l'adore.

 Propos recueillis par Hanazade

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article