Les Déferlantes d'Argelès-sur-Mer : un cocktail frais avec une touche de hip-hop

11 août 2018 - 165 vues

Samedi 7 juillet après-midi sur les plages d'Argelès-sur-Mer. Il fait très chaud, l'été commence bien, les pieds dans l'eau, et dans quelques minutes, les yeux rivés sur les scènes des Déferlantes. C'est parti pour quatre jours intenses de festival. Soul-Addict.com vous raconte.

Jour 1 – Samedi 7 :

De la plage, on prend la navette direction Valmy, un coin plus reculé dans les terres de la très touristique Argelès-sur-Mer. Terminus. Il reste dix minutes de marche au mileu des vignes pour accéder jusqu'au magnifique château de Valmy, le repère du festival.

© Credit photo: Yassine Bouchaib

Il y a du monde pour ce premier jour de la douzième édition, beaucoup de monde : Les Déferlantes affichent complet ce soir avec plus de 15 milles festivaliers au rendez-vous. Les bénévoles, aussi présents en force, sont chauds à bloque ! Dès l'entrée du parc, l'ambiance est affichée : une petite scène « découverte » est entourée de plusieurs foodtrucks, bodegas et chaises longues... oui, c'est vraiment bien les vacances ! 

© Credit photo: Idhir Baha

Mais place au sérieux, et pour ça, il faut s'enfoncer un peu plus dans le parc. Une fois le château passé, la vue se dégage et c'est très agréable. Les deux scènes principales sont surplombées par une colline, bordée en haut, d'arbres. On continue et on se réfugie davantage en hauteur, avec lumières douces et tamisées, l'ambiance est féerique. Cette mini forêt sur les hauteurs du festival regorge de pleins d'autres belles surprises, comme un panorama magnifique qui donne sur la mer et les collines catalanes, ou encore une petite scène electro.

© Credit photo: Idhir Baha

Ce soir, après la très chaude ambiance mise par Les Négresses Vertes, place à la tête d'affiche en la personne de Lenny Kravitz. La future légende a bien fait groover les 15 milles festivaliers, toute génération confondue. Le festival commence tout doux, avant de terminer ce premier soir par les tubes d'un Martin Solveig toujours aussi efficace. On n'oubliera pas non plus les performances de Vianney, HER, Portugal. The Man, Comah, Welch, My Favorite Horses, Funknow, Black Bass, Sylvain Bullier et John Lorvs.

Jour 2 – Dimanche 8 :

Il est 16 heures. On termine la sieste-bronzette dominicale sur les chaises longues dans le parc. Réveil vers 18 heures avec le puissant flow du rappeur perpignanais R-Can. Affirmé et maturé depuis son premier album « L'Inexplicable », la légende du hip-hop local laisse la place une heure plus tard à une autre légende nationale : Francis Cabrel. La foule reprend en cœur ses titres pendant une heure et demi. Que c'est beau à voir ! Ce dimanche soir s'annonce lourd : on voit déjà Rilès se préparer pour nous offrir une heure au voltage impressionnant. Une bête de scène ! Chaque morceau est joué à la perfection et le spectacle est garantie.

© Credit photo: Idhir Baha

Mais la foule n'est que préparée pour encore une autre légende nationale : NTM ! C'est bon, une case de la bucketlist de nombreux peut enfin être cochée : avoir vu le même soir Francis Cabrel, Kool Shen et Joey Star. It's done ! Et ces deux derniers n'ont pas déçu, comme on peut l'être malheureusement avec certains come back d'anciens. Au menu : du « Laisse pas traîner ton fils » ou « C'est arrivé près de chez toi » purs et durs, de le bonne instru hip-hop préparée pendant une session de quinze minutes ou encore un « Ma benz » revisité version dancehall. Du lourd, avant de se poser devant la performance de Massilia Sound System ! Ce soir étaient aussi sur scènes : The Stranglers, Dimoné & Kursed, Supamoon, Laura Wild, Funknow, Bro, Cebb, Julian Jeweil et John Lorvs.

© Credit photo: Stéphane Ferrer Yulianti

Jour 3 – Lundi 9 :

Faut se remettre de la veille. Encore une fois, la plage suivie des chaises longues dans le parc de Valmy aident beaucoup. D'ailleurs, c'est quoi le programme ce soir ? Hassan Monkey pour démarrer comme il se doit. Et le MC de Perpignan a relevé le défis d'enflammer la scène découverte des Déferlantes... beaucoup de touristes iront faire un tour plus tard sur sa chaîne Youtube. De la bonne ambiance ! Parmi son public notamment ? Némir. À quand un autre feat depuis le morceau « Peter Pan » ...? Il se fait en tous cas désirer. 

© Credit photo: Idhir Baha

Après le « Kid » « Normal » d'Eddy de Pretto et sa « Fête de trop », place aux très grands Prophets of the Rage. Avis aux aficionados de rap qui bouge bien, car sur scène, le super groupe californien est simplement fou. B-Real, Tom Morello, Chuck D and co, sont biens des légendes.

Un coup d'adrénaline qui se prolonge avec Orelsan et Prodigy. Que dire ? Si ce n'est que cette soirée s'est terminée avec des valeurs sûres. À noter les prestations de Hollysiz, The Hunna, Baghz, Arno Fonz, Rio dela Duna, Oscar Aguilera, Joy Kitikonti et Black Bass.

Jour 4 – Mardi 10 :

Petit point noir pour ce dernier jour : l'annulation à la dernière minute de Massive Attack. Aussi, pas d'artistes hip-hop de programmés. Mais on n'en voudra pas aux Déferlantes lorsqu'on repense aux soirs précédents, et lorsqu'on voie l'organisation mise en place pour que les festivaliers profitent pleinement de cette demi-finale France-Belgique de la Coupe du Monde de football. Les écrans géants placés un peu partout sur le parc et l'ambiance générale ont fait plaisir plus d'un.

© Credit photo: Idhir Baha

À noter aussi l'énorme passage de Shaka Ponk sur scène... et dans le public... et sur les comptoirs des bodegas. Impressionnant à voir en live.

Étaient aussi présents pour ce dernier soir : Axwell Ingrosso, Liam Gallagher, Ofenbach, VSO X Maxenss, N'Dobo Emma, Oceanic Memory, Quentin B, John Lorvs, Tom Pooks, Uner et Black Bass.

Les Déferlantes, à l'année prochaine pour la 13ème édition !

Reportage: Idhir Baha (texte et photos) / Yassine Bouchaib (Photos) et Stéphane Ferrer Yulianti (Photos).

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article