Rencontre avec Wilko & NDY, frères de sang devenus frères de son

26 juin 2018 - 526 vues

Wilko - Bastien de son vrai prénom - et NDY - Endy - ont imposé leur style dans le vaste univers du rap en septembre 2017 avec leur premier EP « Trou Noir ». Disponible en support digital sur toutes les plateformes de téléchargement légal, le projet des deux frères marseillais contient quatre titres. « On voulait faire quelque chose de concis et dont on serait fier dans l’intégralité. On a atteint cet objectif. » C’est ce que nous confie NDY, l’aîné, serviette sur les épaules et cheveux en vrac, une heure après que le duo se soit donné en live à Marsatac à l’occasion de leur tournée dans le sud de la France.

Attachés à leurs racines, ils soulignent le plaisir de jouer à la maison : « On a une bonne base de public à Marseille. C’est un projet qui est né ici, qu’on défend ici. » Mais ailleurs, le public est tout aussi réceptif : « Quelque soit l’endroit, les gens nous offrent une belle énergie. Le Printemps de Bourges, par exemple, c’était vraiment le feu. » Wilko & NDY ont entamé leur Tour 2018 au mois d’avril au Dock des sud à Marseille en compagnie de Vald et Lorenzo. Une expérience qu’ils ne sont pas prêts d’oublier. Les deux frères se lancent un regard complice et se mettent à rire. NDY nous met dans la confidence : « À Bourges, on a fait les balances puis vingt minutes avant le concert, la carte son a rendu l’âme. C’était l’angoisse, l’ascenseur émotionnel était dingue. On est monté sur scène sans savoir comment le son allait sortir. Au final tout s’est super bien passé, heureusement ! » Au total, 13 dates programmées jusqu’en septembre pour le jeune duo plein d’ambition.

« L’IDÉE, C’EST DE CRAMER LA VIE, DE SE LAISSER BERCER PAR SES DÉSIRS. TU NE SAIS PAS OÙ TU SERAS DEMAIN, ALORS
FAIS LE MAINTENANT. »
 

Un état d’esprit que l’on retrouve dans leur EP : les deux frères visent « Versailles » et comptent prendre leur envol comme un « Papillon », mais sont plongés dans un « Trou Noir ». Des textes à la fois mélancoliques et drôles sur des sonorités électro, un style très particulier que l’on pourrait assimiler à des artistes comme Nusky & Vaati, ODEZENNE ou encore Columbine. Mais plus simplement, c’est The Slim Shady qui leur a transmis le virus. « L’écriture est venue avec le rap. Et le rap est venu avec Eminem, c’est le premier artiste que j’ai vraiment écouté. À l’époque, ce qu’il faisait était complètement futuriste, c’était dingue ». « Du coup, moi je n’ai pas eu le choix ! » lance Wilko, taquin. NDY reprend : « C’est comme ça qu’on s’est intéressé au hip-hop, puis on a complètement arrêté d’en écouter pendant une période pour se pencher sur d’autres univers musicaux. Aujourd’hui, ça se ressent dans ce qu’on fait. » Pour illustrer ses propos, NDY mentionne par exemple Flavien Berger, un chanteur français mêlant électro et psychédélisme. Des sources d’inspirations très différentes les unes des autres qui ont permis au duo d’apporter quelque chose de nouveau, de rafraîchissant.

Par: Marc Chavanne

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article