Loyal, création d'un groupe atypique

08 juillet 2016 - 1735 vues

Il y a des artistes qui nous embarquent de suite dans leur univers et le groupe LOYAL en fait parti. Le nouveau groupe a rencontré Hanazade au Platine Hôtel à Paris pour parler de leurs projets et de la sortie de leur premier single "You". Ils ont su immédiatement créer un hit plein d'énergie et de bonnes vibes au côté de la talentueuse Sara'h, connu avec les hits solo "La Force d'y croire" ou "Mauvais Garçon". Découvrez vite les secrets d'un duo plein d'avenir!

 

Hanazade : Donc vous êtes deux français mais vous avez dû aller aux Etats-Unis, à Atlanta, pour vous rencontrer. Expliquez nous un peu.

Dalvin : Il vivez là bas, moi j’étais de passage. On s’est retrouvé dans le même studio. On travaillait  sur deux projets différents. En tant que français on s’est de suite présenté. On a sympathisé, et on a écouté ce qu’on faisait mutuellement. Ca a de suite accroché. Puis on s’est retrouvé sur Paris plus tard.

H : Alors Jordan tu es revenu des Etats-Unis, tu avais été expatrié combien de temps ?

Jordan : On peut dire que j’ai toujours fait pas mal d’aller-retour. Mais je me suis installé là bas fin 2009, et je suis resté environ deux ans. Pour la petite histoire ma boîte de production était là-bas, à Atlanta. Donc c’était plus simple d’y être pour travailler. Maintenant il y a des choses qui se mettent en place avec Melvin à Paris, donc je suis là pour nos projets.

H : C’était important pour vous en tant qu’artiste de faire un tour aux Etats-Unis, pour apprendre un peu leur savoir faire ?

J: C’était une mentalité un peu différente, mais je ne pense pas. On s’enrichit quoi qu’il arrive quand on voyage… Aux Etats-Unis ou même au Japon. Pour moi ce n’était pas le but.

D : Tu sais quand on est plus jeune oui. On se dit il faut être aux Etats-Unis pour décoller en tant qu’artiste. Maintenant non. On aurait pu faire Loyal tout en restant en France. Mais là le destin a fait qu’on s’est rencontré aux Etats-Unis. Il faut dire aux jeunes artistes qu’on peut bosser de là où on est. La preuve, on travaille avec Sarah qui est française et ça donne un très joli morceau.

H : Ah oui, vous avez de très jolies voix qui se mêlent, féminine et masculine, vous chantez en anglais et français, le mix est formidable. Comment vous y avez pensé ?

D : Ca nous est tombé dessus comme ça. Le destin. On s’est retrouvé aussi avec Sara'h dans le studio d’à côté et on a décidé de se réunir sur ce morceau. On a fait un featuring le soir même. On est comme ça en tant qu’artiste, on reste nous, on est Loyal envers nous même. D’où le nom du groupe.

 

H : Il faut penser au Destin comme titre. C’est incroyable tous ces concours de circonstances ! Et vous composez et écrivez ensemble ?

J: Il apporte des idées, j’apporte des idées. On bosse ensemble. Après moi personnellement je suis plus à l’aise avec les instruments, dans la composition, et lui dans les voix.

D : Non c’est pas vrai il chante très bien ! D’ailleurs on va entendre sa voix dans un morceau. Il va participer du début à la fin.

H : C’est bon à savoir ! Toi Dalvin tu as bien failli me duper. En  t’entendant chanter j’ai bien cru que tu étais américain. Tu as une soul incroyable. En fait pas du tout, tu es bien français, franco-haïtien. Explique nous, comment tu as appris à chanter comme ça ? Tu as fait du Gospel, de la Choral ?

D : Absolument pas. Pas du tout. Dis toi que ma mère était très Eglise, elle s’occupait d’une choral et moi j’y allais jamais. Je me disais qu’ils ne sont pas eux, ils ne se lâchent pas suffisamment. Mais finalement je me suis juste libéré de tous mes doutes, et j’ai commencé à chanter tout simplement. J’ai bossé tout seul dans ma chambre. De 13 à 25 ans j’ai suivi les modes, je voulais chanter à l’américaine comme tout le monde, et puis après je me suis libéré.

H : Un autodidacte. Toi aussi Jordan ?

J : Oui j’ai commencé à jouer de la guitare seul, à 8/9 ans. Au départ les artistes qui m’ont influencé était des artistes rocks, métal. Je reprenais Métallica, Guns & Roses. J’apprenais tout ça par cœur. Imagine moi les cheveux mi-long (rire). A l’époque j’étais dans des groupes, j’étais toujours le plus jeune, on ne se comprenais pas trop. Puis je me suis senti bien tout seul à créer mes premiers morceaux. Ca a démarré en vacances avec mes parents. Je partais toujours avec ma guitare. J’écoutais aussi beaucoup de musique de film.

H : Et vous avez de suite voulu être artiste ?

D : Moi j’ai grandi à Sarcelles. Au début la musique c’était seul dans ma chambre. J’ai fait des études, pour faire plaisir à papa et maman. J’ai travaillé comme tout le monde, mais toujours à côté la musique. Puis est arrivé ce fameux moment où tu dois choisir.

J : Moi j’ai eu la chance d’avoir des parents qui m’ont toujours soutenu. J’ai fait des études bien évidemment, mais je savais au fond de moi-même que je n’irais pas loin. J’ai fait un BEP, et un bac pro, que je n’ai pas eu d’ailleurs. J’ai fait des boulots pour gagner de l’argent, mais en tout cas il était hors de question que je finisse là dedans.

H : Donc aujourd’hui votre premier titre avec Sara'h ?

J : Oui, c’est le premier titre qu’on a sorti pour nous, le groupe Loyal. Après il y a eu du fignolage, on a d’autres versions, ça a pris plusieurs semaines.

H : D’autres chansons derrières ?

D : Absolument. On est concentré pour un album. On y va tranquillement. On prévoit d’enregistrer une version live prochainement. C’est très varié. On trouve des balades. Tout est atypique. On espère avoir à peu près 15 titres. On ne respecte aucun code, mais il y a un code… Rester nous même, et on espère que ça deviendra le code Loyal.

J: Oui, et on essaie que tous les titres soient positifs. Après il faut prendre en compte nos deux sensibilités. La mienne et celle de Dalvin.

H : Et bien merci, on attend votre album très vite !

Propos recueillis par : Hanazade

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article