Jay Z, la vidéo évènement 4:44

17 juillet 2017 - 386 vues

Il y a trois jours, Jay Z a créé l’évènement avec la sortie de son court métrage «4 :44 ». C’est sur le chant d’un jeune garçon que la vidéo démarre, il entonne « Feeling Good » de Nina Simone dans ce qui semble une voiture qui roule, en mode selfie. La banalité de la scène n’enlève rien à la magie de sa voix. Désarmant de talent il annonce l’œuvre de l’artiste, mélange de simplicité et de grâce du moment. La vidéo 4:44 sera un patchwork visuel de nombreux instants de vie. Tous mettent en scène la communauté noire américaine, qu’ils soient joués ou bel et bien pris à vif.

Notre avis ? On sent l’amour de l’artiste pour sa culture afro américaine. Ce n’est pas pour rien qu’on écoute une femme  faire l’apologie de l’amour et du coup de foudre, Jay Z est bien amoureux de sa culture, de son histoire et de ses combats. C’est un bel hommage à tout ce que les noirs américains ont traversé et une ouverture sur les nombreux combats à venir. Car non, ce n’est pas fini, « Black Live Matter » n’est pas né d’hier et Jay Z marque son engagement. Les huit minutes trente neuf passent à une vitesse folle. Nous sommes happés par chaque image d’archive qui prennent une dimension intemporelle. Chaque protagoniste est captivant de naturel et de sincérité.

Presque tout est à retenir, tout construit une identité globale du boss de Tidal, mais nous sommes marqués par les femmes en particulier. Vous allez remarquer celle qui met un homme K.O par terre parce qu’il la traité de salope (bitch). Ou même la danseuse qui semble possédé par les mots de l’artiste lui-même. Et on verra bien sûre Beyoncé, car Jay Z n’est plus Jay Z sans Beyoncé, chacun soutient l’autre dans ses ambitions. Les deux icônes paraissent une entité musicale qui s’élève sans répit. Mais c’est au ralentit, sur la scène du « On the Run tour » qu’ils profitent et vivent l’instant. C’est avec évidence qu’on finira sur une photo de leur fille Blue Ivy, le bleu de Tidal en rappel constant. Pourquoi ? Parce que tout se vend, surtout le génie. Et c’est sans surprise qu’on comprend la réussite de ce nouvel album.

Par: Hanazade

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article